salut p’pa !

Coucher de soleil

Salut P’pa !

Ca me fait bizarre de t’appeler ainsi, mais il paraît que tu es mon père.  Je n’aime pas ton prénom et je ne vais quand même pas t’appeler « Monsieur »…

Il y a longtemps que je sais où te trouver, mais je ne voyais pas l’utilité de te rendre visite. Pour se dire quoi ?

Tu sais, tu m’as beaucoup manqué au début. Mais avec le recul, je me dis que, finalement ça n’aurait pas changé grand chose…

Tu ne m’aurais pas fait réciter mes leçons, parce-qu’on est pareils, toi et moi ; les contraintes, c’est pas notre truc.

M’inculquer les grandes valeurs ? Tu étais mal placé pour ça, excuse-moi.

Me payer des études ? Oui, peut-être…J’avoue que de ce côté là, tu aurais été utile.

Non, tu vois, ce qui manquait le plus à la maison, c’était une présence masculine. Parce-qu’entre femmes, ce n’est pas la même chose. Elles sont complices, elles ont des à-priori sur les hommes absents. Et moi j’aime me forger mes propres opinions.

Si tu savais, j’en ai entendu des critiques à ton sujet ! Des vertes et des pas mûres ! Tes oreilles ont du siffler souvent.

Le père indigne, le don Juan, le cavaleur, une fille dans chaque port…normal pour un marin, tu me diras !

Difficile à comprendre quand on est gamine. Et puis en grandissant, on se fait des idées fausses. On pense que les hommes sont « tous à mettre dans le même sac »...

Remarque, j’ai résisté à cette théorie ultra-féministe. Moi j’ai toujours cru aux exceptions qui confirment la règle. Et des exceptions, j’en ai connues !

Tu dois bien rigoler de tout cela, maintenant. Moi aussi ça me fait rire…

Finalement, je ne t’en veux plus de ne pas avoir été présent. J’éprouve même une sorte de compassion pour ta misérable fin, seul comme un chien. Et même pire, car il y a des chiens qui meurent heureux.

J’ai ressenti un choc en voyant ta tombe. Une simple croix de bois plantée dans la terre avec juste l’année de ta mort, même pas ton année de naissance. Une tombe anonyme taguée d’un code identifiant, comme sur le web. Toi c’est y 136.

Le gardien du cimetière m’a dit qu’on allait bientôt t’exhumer parce-que personne ne vient jamais te voir. Alors voilà, je t’apporte une petite plaque de marbre où j’ai fait graver ton nom, ta date de naissance (j’ai demandé à maman). Et puis j’ai mis une jardinière à tes pieds, avec des bruyères. J’ai aussi aligné quelques galets de la plage autour de ton « terrain », histoire qu’on ne te confonde pas avec ton voisin…

Avec cet aménagement de fortune, ils te laisseront en paix encore quelques temps.

Ne compte pas trop sur moi pour venir souvent ici, je n’en vois toujours pas l’utilité. Mais au moins, tu n’es plus anonyme et tu peux admirer la bruyère.

Oui, je sais, ça ne vaut pas la mer, mais bon.

Il faut que je m’en aille maintenant.

Salut P’pa.

13 réflexions au sujet de « salut p’pa ! »

  1. Je me demande si les pères trop absents ne sont pas justement ceux qui tiennent le plus de place dans la vie de leurs enfants. Au moins celui-là a su se réconcilier, par-delà la mort.

    J'aime

    1. Oui, parce-que l’on n’a de cesse de rechercher ce père absent et d’essayer de comprendre.

      J'aime

  2. Tres émouvant…Je n’ai pas été beaucoup présent aupres de ma fille,car sa maman et moi,nous avons divorcé qu’elle n’avait pas deux ans!Maintenant,elle en a 32!!Et habite en France…Mais le contact est renoué,entre autres…..par internet!!Tres bonne journée,Jean-Pierre

    J'aime

    1. Situation très courante de nos jours. Dans mon récit, c’est différent.
      Bonne journée Jean-Pierre !

      J'aime

  3. Une fille forte de caractère et qui ne s’en ait jamais laisser conter. J’aime cette saine réaction, elle est en paix avec elle-même.
    Beau texte et beau clip; merci Louve !

    J'aime

  4. Bonjour Martine !
    Que c’est triste… Il y a quelque chose de terrible à ne même pas être dévasté par la mort de son père, ça prouve qu’il ne nous a pas laissé nous attacher à lui.
    Être abandonné par un parent, c’est affreux…
    Joli texte.

    Bises, bonne soirée !

    J'aime

    1. Ne restons pas sur une note triste et souhaitons une bonne fête à tous les pères dignes de ce nom !
      Bonne journée Naïs, bises.

      J'aime

  5. Un texte qui me touche beaucoup même si je suis toujours vivant et que je ne suis pas sur de voir mes enfants avant le grand départ. Pas besoin de plaque de marbre, ni de bruyère pour moi, ils viendront ma visiter en pleine mer. Merci chère Louv’, bonne journée Bises Dan

    J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s