Mr Mac’Intosh

pluie anglaise

Mon premier voyage en Epicurie, je l’ai effectué à l’âge de cinq ans. Heureux siècle où les bonbons n’étaient pas soupçonnés de tous les maux…

Les premiers bonbons que j’ai dégustés étaient des bonbons anglais. Vous savez, ceux enveloppés de jolis papiers violet, fuschia, vert, rouge, doré…Ce savoureux mélange de toffee et de chocolat au lait, avec parfois une grosse noisette au milieu, ou encore parfumés d’un soupçon de rhum ou d’épices.

Vous les connaissez sous la marque « Quality Street ». Mais au début du 20ème siècle, ils s’appelaient « MacIntosh », du nom de leur créateur, confiseur du Yorkshire, Mr John MacInstosh. Aujourd’hui encore, les puristes, dont je suis, utilisent cette appellation évocatrice de saveurs inoubliables.

Doris, l’amie anglaise de ma grand-mère, m’apportait des « MacIntosh » à chacune de ses visites en France. Quel émerveillement ! Les couleurs extravagantes des papiers d’emballage, les senteurs caramélisées qui s’échappaient de leur jolie boîte en fer décoré, me mettaient littéralement en transe. Fébrile, je fouillais dans la boîte longuement, faisant crisser les papiers cellophane, incapable de choisir le premier qui aurait eu le privilège de fondre sous ma langue.

Invariablement, Doris finissait par me questionner : « Come on Sweety, which one would you like ? The purple one ? Or perhaps the red one ?…. »

C’est ainsi que j’appris mes premiers mots d’Anglais. Et c’est ainsi que naquit mon amour pour l’Angleterre, grâce à Mr MacInstosh !!!

Les décennies ont passé…

Obstinément chapeautée, Elizabeth, du haut de son balcon, contemple son peuple. Et moi, du haut de mes falaises, je contemple les côtes anglaises…

Un documentaire se déroule : la révolution de la pop music, les bateaux pirates, le swinging London, les concerts à Hyde Park, Bowie et les autres… Puis, la Dame de fer et la crise, le combat de la classe ouvrière, les fermetures des mines et des industries, la nouvelle pauvreté, l’alcoolisme, la révolte punk et sa jeunesse qui crie « no future ». Enfin, l’écart qui n’en finit pas de se creuser entre la « City » et les oubliés du système…

Mais sur mon écran à moi, surgissent les bus à impériale, les boîtes aux lettres et les cabines téléphoniques rouge, la douceur verdoyante des collines du Kent, le parfum poudré des roses chiffonnées, le thé à la bergamote et les toasts du matin, les cottages meublés d’acajou…

Et surtout, cette pluie fine qui, journellement, s’obstine à verdir les gazons et qui oblige les Anglais à trouver un réconfort …

Mon Dieu, faites qu’il pleuve que je puisse me réconforter !

Alors je plongerai une main dans ma poche et en sortirai un peu au hasard, l’élu…Je dénouerai en la faisant crisser, la papillotte de cellophane, puis ôterai minutieusement la couche de papier aluminium violet.

Avec délicatesse je poserai sur ma langue le chocolat au lait et je fermerai les yeux en pensant à Doris. Surtout ne pas mâcher, laisser fondre très lentement…

Ensuite, lorsque le chocolat aura coulé dans ma gorge, ayant atteint le caramel au beurre salé, ce sera le paradis. Instant magique à savourer au compte-gouttes…Oh my God !

Enfin, n’en pouvant plus de désir, je croquerai la noisette d’un coup de dent sec !

…et alors, ma main retournera dans ma poche, à la recherche d’un second bonbon MacIntosh….

Mais pourquoi croyez-vous donc que les bonbons anglais soient si délicieux ?

Parce-qu’en Angleterre, il pleut !

18 réflexions au sujet de « Mr Mac’Intosh »

    1. Ton long message a disparu ? Mais où ça ?…Heureusement tu n’as pas perdu le goût du gros bonbon violet (my favourite one)…

      J'aime

  1. J’ai aussi plein de souvenirs du même genre avec les deux amies anglaises de ma mère, et puis après, avec ma famille anglaise pleine de traditions (un des grand pères était écossais, et me disait des horreurs sur les anglais en m’offrant du whisky, à 16 ans !).

    J'aime

    1. C’est toujours très drôle un Ecossais qui critique les Anglais ; ils ne sont d’accord que sur une chose : le whisky 🙂

      J'aime

  2. Je me souviens aussi de ces jolies boîtes rondes, plus que du goût des bonbons d’ailleurs (j’ai une préférence certaine pour les « liquorices » ). Sinon, ton évocation de l’Angleterre est délicieuse et émouvante ! Bisous et à bientôt

    J'aime

    1. Ah ! Connaisseuse, je vois ! J’aime bien aussi les « liquorices ». Et quand je pense que les Français disent qu’on mange mal en Angleterre 🙂
      Bisous.

      J'aime

  3. Je me souviens de ce jour faste où j’ai découvert the red telephone box et ces succulents Mac’Instosh… Avec la poésie de ton écrit, je les savoure à nouveau…

    J'aime

  4. Très joli texte! J’adorais les Quality street, la grosse boîte violette, les choisir… Mais ça a été une vraie déception, elle ne déclenche plus chez moi cette intensité d’amour et de voluptuosité de l’enfance, la grosse boîte violette. Bouh!

    J'aime

    1. Bouh ! Oui, c’est vrai, on ne trouve plus les grosses boites violettes qu’en Angleterre au moment des fêtes dans les magasins de luxe ! Mais bon, l’intérieur est bon quand même 🙂

      J'aime

  5. Bonsoir Louv’ !
    Moi je ne les connais que sous le nom de Quality Street, mais j’ai le même amour pour eux ! ^^
    J’aime la façon dont tu les raconte.

    Bises, bonne soirée

    J'aime

    1. Eh oui, nous ne sommes pas de la même génération 🙂 Mais je dois dire que les « Quality Street » ont gardé la même saveur que les « McIntosh ». Tradition oblige…
      Bonne soirée, bisous

      J'aime

    1. Oui Mony. Le fond de poche d’un enfant recèle des trésors dont on aime se souvenir. Et si tu as connu les McInstosh, tu me comprends…:)

      J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s