le radeau ivre

553645_10151074592204909_2037516162_n

Le livre resté ouvert sur la grève, attendait.

Opalie contempla son oeuvre inachevée, un radeau fabriqué de milliers de pages couvertes d’hiéroglyphes disséqués, incompréhensibles. Elle avait soigneusement ligoté d’algues cette embarcation fragile et l’avait enduite de cire afin qu’elle ne coule pas trop vite.

Un seul maillon manquait à l’ouvrage, le plus précieux, celui qu’elle hésitait même à toucher du bout des doigts. Un livre né un matin nouveau, qui sentait bon les embruns et regorgeait de tendresse, dont les notes chantaient encore au gré du vent.

Les dernières pages du livre, vierges, s’épuisaient. Naufragées oubliées, plus aucune plume ne les faisait crisser d’allégresse.

Le radeau était presque prêt. Il ne songeait qu’à voguer sur les crêtes des vagues, à disparaître au creux d’une houle, à ressurgir puis sombrer encore.

Jusqu’à ce que l’ivresse libératrice l’emporte loin, au-delà de l’infini.

Seul ce dernier livre retardait son départ, l’unique, capable de l’équilibrer assez longtemps pour son lointain périple.

Opalie entendait les appels impatients du radeau, son désir fou de fuir dans l’oubli. Mais elle hésitait encore et chercha un mot qui aurait pu tout changer. Elle ne le trouva point.

Alors, délicatement, elle referma le livre resté sur la grève, le prit dans ses bras, y déposa un baiser. Puis l’attacha fermement à la proue, tel un oiseau blanc aux ailes dépliées.

La marée haute grondait, prédatrice avide de déchirer ses proies. Les pieds nus dans le sable mouillé, Opalie poussa l’embarcation de toutes ses forces vers le large.

Le poids des pages écrites lui faisait mal aux muscles. Le gémissement du vent contraire, lui faisait mal à l’âme. Elle eût bientôt de l’eau jusqu’à la taille quand soudain le radeau glissa seul et se mit à tanguer.

Dans un dernier effort, Opalie se hissa sur l’amas de papier ciré, entoura la proue de ses bras et se laissa porter…

22 réflexions au sujet de « le radeau ivre »

  1. Voilà un radeau bien beau, de mots sur les flots, d’un baiser à la marée, emporté, brinquebalé et sauvé parce qu’inachevé ! Cette histoire me plait beaucoup sans doute parce que nous avons tous en nous un tel radeau. Merci Louv’.

    J'aime

  2. Voilà une embarcation qui me va. Malgré la précarité du matériau je sens qu’elle peut affronter les marées de cette vie.

    Opalie couvre son chef
    D’une visière d’or
    Car l’horizon lui promet
    Une lumière unique
    Opale

    Jonas

    J'aime

  3. Chère Opalie
    Le radeau souvent fait suite à un naufrage . Naufrage des sentiments parfois! Seuls les livres de poésie peuvent retarder le passage sur l’autre rive ou bien faire que le radeau ainsi appareillé, accoste enfin , aux plus beaux des rivages.
    Alain

    J'aime

    1. Chateaubriand est la quintessence du romantisme échevelé avec de grandes « poses » face aux tempêtes.
      « « Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les espaces d’une autre vie ! » Ainsi disant, je marchais à grands pas, le visage enflammé, le vent sifflant dans ma chevelure, ne sentant ni pluie, ni frimas, enchanté, tourmenté, et comme possédé par le démon de mon cœur. »
      Baudelaire serait bien aussi, mais en plus sombre. Il fut très déprimé toute sa vie (on disait mélancolie, spleen).

      J'aime

  4. Un livre inachevé à la proue d’un bateau … des idées vivantes et des émotions en suspend qui ne mettrons jamais un point final à la créativité humaine. Bises Dan

    J'aime

  5. Opalie aura tout le temps de compléter les dernières pages quand elle arrivera à bon port. Oui, où que l’on aille on emporte avec soi sa vie quand bien même elle n’est pas chef d’oeuvre…
    J’aime beaucoup le nouveau look du blog.

    J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s