blues in opalie

Un vent chaud du Mississipi

a soufflé sur Opalie,

balayé les nuages,

chassé l’amertume,

trucidé les épouvantails

de l’incertitude.

En une détresse joyeuse,

il a soulevé les voix

rythmé les corps,

vendu notre âme

au diable.

Peaux blanches, peaux noires,

même désespoir.

Pieds et poings liés,

eux, nous, esclaves

enchaînés.

Consentants

d’une fureur de vivre

étouffée.

Just for fun : Marine and Mister T

and for Jimmy :

12 réflexions au sujet de « blues in opalie »

    1. Chants bretons, celtiques ou bien le blues. Tout ça c’est du pareil au même. Une musique de l’âme qui te prend aux tripes. Merci Dan.

      J'aime

  1. Une « joyeuse détresse » voilà une bien belle définition du blues… Et Opalie nous séduit de ces airs enlevés et nous ravit de tes mots emballés de ces sonorités endiablées.
    Bonsoir Louv’.

    J'aime

    1. Chanter ensemble notre désespoir et notre joie de vivre, c’est ça le blues. Arrrgh ! Quelles étranges vibrations ! Bonsoir Nathanaël.

      J'aime

    1. Hobo Blues mérite le détour. Ce jeune couple talentueux a sillonné les routes du blues, du Mississipi à Memphis, en passant par Nashville. Et ça se sent !
      Merci Jean-Pierre.

      J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s