le noël d’Elliot

petit prince sous la neige

Il régnait une étrange atmosphère depuis quelques jours dans les rues de la ville. Les vitrines des magasins semblaient toutes avoir subi une tempête de neige alors que le temps était sec et ensoleillé. Les animaux automates de la forêt synthétique étaient revenus comme chaque année, pratiquer les sports d’hiver sur des pistes artificielles. Les boules de Noël avaient ressurgi de leurs écrins, concurrencées par les fontaines ruisselantes de leds. Les monuments historiques, drapés d’or et d’argent, se sentaient un peu ridicules. La ville attendait l’évènement de l’année, non sans appréhension.

Elliot, du haut de ses cinq ans, contemplait cette abondance de couleurs et de lumières avec ravissement et traînait un peu les pieds. Karen le pressa d’avancer un peu plus vite et ils se trouvèrent bientôt devant la porte du grand magasin de jouets. Un  jeune vieux monsieur tout vêtu de rouge, salua le garçonnet et lui tendit une papillote de chocolat. « Il est gentil, pensa Elliot, mais j’ai plein de bonbons à la maison, je n’en ai pas besoin « . Poli, il remercia et détourna le regard.

Un peu confuse, Karen l’entraîna rapidement à l’intérieur du magasin, « pour donner des idées au père Noël » avait-elle précisé. Ils commencèrent par le rayon des peluches ou s’amoncelaient mille animaux aux drôles de couleurs. Au-dessus de la pile, un énorme ours polaire se dressait sur ses pattes arrière, tournait la tête et ouvrait la gueule en montrant les crocs. Elliot aimait beaucoup les peluches, même si sa chambre en était déjà remplie, il ne pouvait s’empêcher de les toucher, les embrasser, les serrer fort contre lui. Il saisit un bébé phoque, lui chatouilla les moustaches et lui fit un baiser sur le museau. Son esprit vagabondait déjà sur la banquise et il enfouit son visage dans la douce fourrure blanche, pour se protéger du blizzard.

Karen sourit, voyant son fils déjà embarqué dans ses rêves. Elle l’incita doucement à continuer la visite et ils se dirigèrent vers le rayon des jouets « pour garçons de 4 à 7 ans ». Du monde tendre des peluches, on passait à quelque chose de beaucoup plus sérieux ! Jeux de construction, de stratégies, reproductions de vaisseaux spatiaux, armes laser… Les mains dans les poches, Elliot parcourait les rayons d’un regard évasif. A l’école, ses camarades parlaient tous de « tablettes » mais maman lui avait dit que le père Noël ne fabriquait pas ce genre de jouet.

La visite du grand magasin dura longtemps. Une foule de parents et d’enfants avait déferlé depuis l’arrivée d’Elliot et de Karen. Chacun s’émerveillant des trésors tous plus sophistiqués les uns que les autres. Dehors il faisait nuit et le père Noël à la porte, en rupture de papillotes, tapait des pieds et soufflait dans ses mains pour se réchauffer, pressé de rentrer chez lui.

Elliot en avait vu assez ; il souhaitait retrouver le calme de la maison et ses cahiers de dessin. Karen aussi était pressée de rentrer ; son fils n’avait manifesté aucun souhait particulier et elle se sentait dépitée. En son for intérieur, elle maudit la terre entière d’avoir inventé Noël.

Sur le chemin du retour, ils longèrent l’avenue bordée de platanes enguirlandés avant d’arriver à la place du carrousel. C’est alors qu’Elliot aperçut un spectacle qui le paralysa : une scène de crèche vivante, en plein air, sur le podium du kiosque à musique. Le boeuf et l’âne ruminaient du foin à côté d’un berceau de bois. Se tenant par la main, un homme et une femme contemplaient avec amour, un bébé endormi. Derrière eux chantait un choeur d’anges aux ailes dorées. La scène entière baignait dans la lumière chaude de flambeaux tenus par des enfants.

Elliot admirait la scène avec un sentiment confus de curiosité mêlé de tristesse. Il ne connaissait pas les personnages de la crèche, personne ne lui en avait jamais parlé. Ce qu’il remarqua le plus, c’était la trinité que formaient Marie, Joseph et l’enfant Jésus, et il repensa que lui et sa maman n’étaient que deux.

Karen le sortit de sa rêverie : « allons Elliot, il est tard, j’ai plein de choses à faire, dépêchons-nous ! »

Gulliver le chat, les attendait devant sa gamelle vide, réclamant ses croquettes. Karen se débarrassa de ses chaussures et alluma la télé, machinalement, comme tous les soirs. Puis tout en composant un numéro de téléphone sur son portable, elle sortit une pizza du réfrigérateur et la mit au four. Après avoir donné ses croquettes au chat, Elliot s’assit sur la moquette du salon, devant l’écran, sans vraiment regarder. Il restait pensif.

« Viens manger mon chéri » dit Karen. La pizza était prête, les deux couverts dressés, Gulliver sur une chaise qui se léchait les babines. Elliot commença à manger sa part de pizza puis, s’arrêtant un instant :

dis maman, c’était qui les gens avec la vache et l’âne ?

– un boeuf, mon chéri, c’était un boeuf, pas une vache

– ah oui ? et le monsieur avec la dame, c’était qui ?

– Joseph, le papa de Jésus

– tu les connais ?

non, pas vraiment, mais je peux te raconter leur histoire si tu veux

– oh oui, raconte !

eh bien, Marie et Joseph vivaient il y a très longtemps, dans un pays lointain ; ils attendaient un enfant

et puis ?

– et puis, la naissance de leur enfant approchant, ils durent s’enfuir dans le désert car le roi de ce pays voulait tuer tous les petits garçons nouveaux-nés

pourquoi ?

– je ne sais plus exactement, je crois que quelqu’un avait prédit que leur enfant serait le fils de Dieu et qu’il allait prendre le pouvoir

– je ne comprends pas bien maman ; c’est qui Dieu ?

Karen ne trouvait pas de réponse. Elle n’avait jamais cru en quelque Dieu que ce soit et n’était pas préparée à expliquer les religions à son fils. Elle décida de changer de conversation.

dis moi mon chéri, voudrais tu que nous écrivions une lettre au père Noël ?

– oui, je veux bien, mais c’est toi qui écris maman ?

– pas de problème, allez, prenons du papier….

Abandonnant les restes de pizza à Gulliver, la mère et le fils s’installèrent côte à côte dans le canapé.

alors dis-moi Elliot, que voudrais-tu commander au père Noël ?

– je ne sais pas

– tu as vu tous les beaux jouets au magasin, de quoi as-tu envie ?

– j’ai beaucoup de jouets, maman

bien sûr, comme tous les petits garçons, mais je suis certaine que tu en aimerais encore plus…

– moi j’ai envie d’autre chose

quoi donc ?

un papa, comme Joseph…

Karen avait l’habitude des interrogations de son fils sur l’existence de son père. Depuis qu’il allait à l’école, il n’arrêtait pas de demander la raison pour laquelle aucun papa ne venait jamais le chercher à la sortie…Généralement elle trouvait toujours une explication plausible, mais cette fois elle ne savait que répondre.

Elliot, je t’ai déjà dit que ton papa était en voyage, très loin, et qu’il ne pouvait venir nous voir pour le moment

– c’est où très loin ?

en Irak ! (c’était le premier pays auquel elle avait pensé)

mais si je demande au père Noël, peut-être qu’il pourra aller le chercher ?

Désespérée, Karen commença à écrire : « Cher père Noël, je m’appelle Elliot et j’ai été bien sage cette année. Il y a beaucoup de jouets qui me plaisent au magasin mais j’aimerais mieux que tu ailles chercher mon papa en Irak. Si ce n’est pas possible, je serais content quand même si tu m’apportes les jouets que j’ai vus. Il n’y a pas de cheminée chez nous, alors il faudra que tu passes par la fenêtre du salon. Je te laisserai un morceau de bûche au pied du sapin. Elliot. »

Elle lut la lettre, un peu hésitante sur le contenu qu’elle avait arrangé à sa manière.

alors, ça te va comme ça ?

– oui, c’est bien maman, j’espère qu’il va chercher mon papa….

Karen ne répondit pas et mit la lettre dans une enveloppe après avoir aidé Elliot à écrire son prénom au bas de la page.

Le père d’Elliot était loin, effectivement, mais c’est elle qui l’avait voulu. Parfois elle y songeait en se disant qu’elle avait sans doute privé son fils d’une présence masculine et se culpabilisait un peu. Cependant, sa vie lui plaisait mieux ainsi ; elle n’avait nul besoin d’un compagnon en pointillé, incapable d’assumer son rôle. Son métier de commerciale lui apportait grande satisfaction, elle avait beaucoup d’amis et selon elle, Elliot ne manquait de rien.

Il était tard et ils allèrent se coucher. Gulliver prit sa place habituelle sur la couette du lit de l’enfant et Karen s’endormit en lisant.

Le soir du 24 décembre, le ciel était lourd et blanc. Coincé entre la bibliothèque et le fauteuil Ikéa, le sapin de polystyrène clignotait du mieux qu’il pouvait. Karen attendait ses parents et son amie Coco. Pour une fois, elle avait sacrifié son peu d’intérêt pour les réveillons et fait l’effort d’organiser la soirée, pour Elliot. Ce serait très simple, intimiste. Point d’orgie de nourriture, point de cadeaux somptueux. Juste la chaleur des gens qu’elle aimait le plus au monde et quelques menus présents affectifs.

Les invités arrivèrent et déposèrent chacun au pied du sapin, un paquet pour Elliot, en prenant soin de raconter qu’ils avaient croisé le père Noël dans la rue.

Le petit garçon remercia et s’empressa d’ôter les papiers d’emballage. Dans le premier paquet, un sabre laser, comme au magasin. Dans le second, un masque de guerrier Jedi et dans le troisième, le bébé phoque. Elliot scruta le fond des boîtes, au cas où le père Noël aurait répondu à sa lettre, mais rien.

Le repas avait commencé ; ça parlait et ça riait trop fort. Après avoir goûté le velouté d’endives amoureusement préparé par sa mère, Elliot se glissa sous la table, avec Gulliver et le bébé phoque.

dis, mon chat, tu crois que le père Noël a oublié mon papa ?

Gulliver répondit en frottant sa tête sur les genoux du petit garçon et en ronronnant.

Soudain, un silence se fit. On avait sonné à la porte. Karen se demanda qui ça pouvait bien être à cette heure tardive, elle n’attendait plus personne. Elliot bondit, le bébé phoque toujours dans ses bras, et suivit sa mère jusqu’à la porte d’entrée.

Un homme jeune, barbu, le teint basané, la tête couverte d’un bonnet de laine gris, vêtu d’une parka kaki et chaussé de baskets, se tenait sur le palier. Il dit « bonjour« .

Karen hésita un instant, surprise de cette visite incongrue. Mal à l’aise, elle demanda ce que voulait l’homme, qui répondit :

je suis from Irak, do you understand ?

Elliot sentit son coeur battre à toutes volées ; il avait compris un seul mot : Irak.

avez-vous une cigarette s’il-vous-plaît ?

Karen connaissait bien ces migrants qui avaient envahi les abris de fortune dans la ville, dans l’attente d’une opportunité de partir en Angleterre. Ils étaient là depuis longtemps, gênaient un peu la population autochtone, mais n’étaient pas agressifs, mendiaient seulement parfois quelque argent pour acheter du tabac ou téléphoner dans leur pays. Ce soir, c’était Noël et elle n’avait pas le coeur à refuser l’aumône d’une cigarette.

– oui bien sûr, attendez moi, je reviens.

Pendant qu’elle retournait vers la cuisine, devant ses invités ébahis, Elliot restait planté là, devant l’homme étranger, le fixant de ses yeux étonnés, plein d’espoir.

L’homme lui sourit et avec un accent étrange, lui demanda :

what’s your name ? ton nom ?

– Elliot, répondit l’enfant, d’une petite voix timide

– moi, Akram

c’est toi mon papa ?

L’homme, surpris, allait répondre par la négative lorsque Karen revint, son paquet de Rothmans à la main.

allons Elliot, laisse le monsieur tranquille, tu vois bien qu’il est pressé de partir…

– non, maman, c’est mon papa, il s’appelle Akram et il vient d’Irak !

Karen était très embarrassée. C’était complètement débile, mais prise d’un fou délire, elle invita l’homme à entrer.

venez Akram, nous allions manger le dessert, entrez donc !

Hésitant, l’homme rougit et fit mine de refuser mais Karen insista. Les convives s’étaient tus, gênés par cette présence innopportune. Karen fit assoir Akram en bout de table, à côté de son fils qui ne le quittait pas des yeux.

Quelques questions fusèrent, toutes axées sur la condition des migrants errant dans la ville. Dans un Français approximatif, Akram répondait très brièvement, plus gênés encore que ses hôtes et baissa le nez dans son assiette.

Elliot avait repris du dynamisme et, posant sa menotte sur la main rêche et brune de l’homme étranger, lui demanda :

dis, tu veux jouer dehors avec moi ?

L’homme, amusé et attendri,  lui sourit à nouveau :

it’s cold…il fait froid …, you know ?

– oui mais regarde, il neige !

Tout le monde se tourna vers la grande baie vitrée où de gros flocons s’écrasaient en tourbillonnant. Elliot, complètement excité, prit la main de l’homme, le tira de toutes ses forces vers la porte d’entrée.

viens, viens vite, viens voir la neige avec moi !

Sans tout comprendre, Akram se dépêcha d’avaler une bouchée et suivit le petit garçon. Avant que Karen n’ait eu le temps de les rattraper, ils étaient déjà tous deux dans le jardin.

La neige se mit à tomber de plus belle et quelques minutes plus tard le sol était recouvert du merveilleux tapis blanc. Derrière la vitre, Karen et ses invités contemplaient avec stupéfaction ces deux êtres tellement différents qui riaient et dansaient sous la neige.

Rêveuse, elle s’entendit murmurer : « c’est son plus beau Noël je crois, mais demain sera un autre jour, son papa retournera en Irak »….

17 réflexions au sujet de « le noël d’Elliot »

  1. Que de moments en filigrane dans cette histoire dense et précise, faussement banale. Notre culture en ces moments de tradition dévoile nos rêves les plus secrets et parfois l’un de ceux-là voient le jour, même si ce n’est que pour une nuit. Les yeux d’enfant, le coeur d’une mère…
    Jonas

    J'aime

  2. J’espère que cette fois mon com va « passer », apparemment celui que j’avais mis au post précédent n’a pas eu de chance.
    Je n’aime pas la folie consommatrice des fêtes de Noël mais je crois encore un peu à sa possible magie, qui s’exprime si bien dans ton texte. J’adore les contes de Noël comme celui-ci, qui nous parle des choses essentielles. Merci Louv’

    J'aime

    1. En ma qualité d’incorrigible rêveuse, je ne peux m’empêcher d’inventer des histoires de ce genre et d’y croire, juste un peu, le temps de l’écriture…
      Merci Cardamone, à bientôt.

      J'aime

  3. Je suis très émue ! Elliott (et toi qui a restitué son histoire) est merveilleux de sagesse et a compris que ce sont les choses simples et essentielles qui sont les plus précieuses, elles n’ont d’ailleurs pas de prix…. A bientôt, bisous

    J'aime

    1. Je suis bien d’accord avec toi sur les choses simples et essentielles. Nous ne sommes pas majoritaires, hélas. A bientôt Esclarmonde, biz.

      J'aime

  4. Un beau conte et en plus avec de la neige 🙂
    Le bœuf et l’âne ne sont dans les évangiles « canoniques », c’est dans le « Pseudo-Matthieu » du VIème siècle. Mais cela reste très mystérieux, car des tombes romaines des premiers siècles sont ornées de cette scène de Jésus entre le boeuf et lâne, donc avant le Pseudo-Matthieu. Une énigme des plus intéressante.

    J'aime

    1. Cette énigme est en effet des plus intéressante. Mais il s’agit peut-être d’un symbole simplement…Quoiqu’il en soit, de tous temps les animaux nous réchauffent 🙂

      J'aime

  5. Une histoire où se mêlent l’aigre et le doux à l’image de notre société.
    Qu’espérer pour Eliott ? Un papa ? Grandir malgré tout dans la sérénité ?
    Et pour émigré ? De voir en fin le bout de son voyage ?
    Beaucoup de questions face à ton conte…

    J'aime

    1. Des questions que l’on se pose surtout en période de fêtes, malheureusement. Parce-que les bonnes consciences se réveillent. Et le reste du temps ? L’indifférence, Mony…Rappelle-toi la chanson de Lennon : « and so this is Christmas, and what have you done ? »

      J'aime

  6. je vois toujours venir cette période de Noël avec un peu d’appréhension mais il y a tout de même des compensations, la lecture de tes contes en fait partie. Tu sais parfaitement y mêler beaucoup d’humanité et de poésie. Bises Dan

    J'aime

    1. C’est gentil à toi, Dan, merci. J’aimerais ajouter que parmi ces compensations, il y a fort heureusement, la joie des petits enfants.

      J'aime

  7. Quelle belle histoire!
    Pour ce petit garçon en manque de papa et cet exilé venu de si loin, pas besoin de guirlandes et de lumières factices pour se comprendre, toute la beauté de ton récit est là et si tous les hommes savaient cela…
    Merci!

    J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s