fille au pair – part.2 – crazy London

Crazy London

Londres me claqua à la figure tel un gigantesque diaporama publicitaire auquel on ne peut échapper.  On m’avait parlé de « fog », de l’austérité architecturale, de la grisaille omniprésente. Je découvrais une cité grouillante de couleurs sous un soleil de plomb. Plongée dans la densité du trafic, encerclée de bus à étage, je me sentais très…basse. Ann conduisait sa Triumph Spitfire avec aisance tout en babillant des mots dont je ne comprenais pas tout le sens. Il m’eût fallu une vision à 360° et un traducteur automatique dans le cerveau pour ingurgiter toutes les informations qui me parvenaient. Une chose était sure : je me trouvais sur une autre planète.

Nous nous dirigions vers Muswell Hill, un quartier résidentiel au Nord de la ville. Du rouge agressif et prédominant de la City, nous passions au vert paisible de la banlieue. Je remarquai de nombreux parcs, un bois, des écoliers en uniforme, l’étrange fourgonnette à trois roues d’un laitier ambulant. Cette dimension humaine me rassura sur mes capacités d’adaptation.

Le  pavillon cossu d’Ann et son mari Peter, ressemblait à un énorme gâteau à la crème, tout rond avec ses bow-windows aux rideaux rose pâle. En ouvrant la porte devant moi, Ann appela : »De Gaulle » le chien, et ses enfants Colin et Zoe. Je fus d’emblée invitée à boire une tasse de thé qui se révéla être plus tard, la première d’une interminable série. J’étais encore loin d’imaginer l’importance de ce breuvage national !

A mon grand étonnement, j’appris que mon travail de fille au pair consistait simplement à ranger la chambre des enfants et à leur préparer le goûter. Le reste du temps m’appartenait complètement. Immédiatement, je pensai : Oxford Street, Piccadilly Circus, Carnaby Street, Marble Arch, London bridge, Abbey Road, Soho, Petticoat Lane, Chelsea, The Marquee Club, Hyde Park….et je réalisai que JAMAIS je n’aurai le temps…..

Le lendemain matin, en ouvrant les yeux sur le papier Laura Ashley de ma chambre, une seule idée m’incita à me lever : downtown, vite ! Ann et les enfants étaient déjà partis pour la journée. Peter m’accueillit avec une nice cup of tea  et une carte du métro.

Ce jour-là je compris la raison pour laquelle les londoniens appellent leur métro « the tube » ! Le plus vieux métro du monde se présenta à moi sous forme d’un entonnoir dont la queue sans fin pénétrait jusqu’au centre de la terre. En comparaison, le terrier du lapin blanc d’Alice n’était que rigolade. Maman, si tu me voyais, je descends en enfer...Tel était mon état d’esprit lorsque je croisai une bande d’humains – du moins c’est ce qu’il me semblait – qui, apparemment revenait d’un carnaval…Enfin, ils remontaient vers la surface, donc il était possible de survivre à l’enfer !

Arrêt Oxford Circus. C’est là que je reçu ma seconde claque en pleine figure en m’apercevant que j’étais invisible ! Avec ma petite jupe noire, mon tee-shirt blanc et ma réserve naturelle, je n’existais pas dans cette joyeuse foule de perroquets Ara. Autour de moi volaient les cheveux au vent, les pattes d’éléphant, les rayures, les pois, les carreaux, le jaune, le vert, le rouge…Et toute cette masse bigarrée ne marchait pas sur les trottoirs ; elle dansait ! Car la musique jaillissait de partout….Prenant mon courage à deux mains, je me glissai au sein de la folle effervescence…

Ce jour-là je parcourus des kilomètres à pieds, au hasard. Je m’imprégnais de cette fureur de vivre, de ce goût de liberté totale, du non-conformisme. Je devenais anglaise de la révolution Pop et cette seule idée me donner des ailes. En chemin je croisai une multitude d’androgynes dont je n’aurais su affirmer le sexe. Londres était un ovni unisexe et je me promis à moi-même de maigrir encore un peu et d’investir dans un chapeau extravagant, afin de mieux coller au décor…

Quand je me rendis compte que j’avais oublié l’heure du goûter des enfants…Je m’engouffrai dans la première station de métro pour rejoindre la banlieue. Le « tube » me parut déjà moins rébarbatif. Et franchissant le portillon, je me surpris à afficher un flegme tout britannique.

Toute la famille était rentrée. Lorsqu’ils m’aperçurent, ils eurent la délicatesse de ne pas me poser de question. Alors, pour me faire pardonner, c’est moi qui leur proposai une « nice cup of tea« .

…à suivre

 

17 réflexions au sujet de « fille au pair – part.2 – crazy London »

  1. j’ai vécu quelques petites années dans cette ville « excentrique » en y travaillant à droite et à gauche , en squattant faute de sous, mais aussi en louant des chambres de bonne, une ville de grandeur mais aussi de misère à l’époque ou j’y étais ( fin des années 70 et début des 80, les années punk ) et j’adore les Anglais et leur humour et Bowie aussi je l’aimais ! Londres et ses marchés, ses parcs, Londres et sa musique en folie ! qu’est ce que j’écumais les pubs , le Marquee , Music Machine, pour le punk rock !

    et Marc Bolan de T.REX qu’est ce j’aime encore !
    tu y étais quand toi ?

    J'aime

    1. J’ai quelques années de vol de plus que toi 😉 Moi j’y étais au début des années 70. La révolution punk n’avait pas encore eu lieu, mais on la sentait venir. L’euphorie pop-rock et hippy se mourait lentement. Moi aussi j’adorais les pubs, les marchés, les parcs. Quant à l’humour british, je ne m’en suis jamais lassée. Pourtant, tout a changé après les années Thatcher. Aujourd’hui, Londres est invivable à moins que tu sois bourrée de fric. Enfin, c’était génial ! Merci pour ta vidéo, super 🙂

      J'aime

    2. j’aurais aussi aimé y être au début des années 70 😉 j’ai trop adoré cette ville pleine de vie !
      la vidéo est trop courte et coupée en plus , dommage …
      bonne soirée

      J'aime

  2. Belle narration, on a l’impression d’y être, heureusement qu’il est trop tard sinon je serais sortie m’acheter un chapeau extravagant pour mieux coller au décor moi-aussi!!!

    J'aime

  3. Salut Louv’. Absolument passionnant cette plongée dans l’univers londonien des années 70. Les couleurs et le son du récit donnent une authenticité à ton propos. Continue à nous entraîner outre-manche… Personnellement, je me régale. « The Jean Génie », évidemment.
    Jonas

    J'aime

    1. Ben si toi tu te régales, « it makes my day » comme on dirait là-bas. Je vais donc continuer, ne serait-ce que pour la musique ….

      J'aime

  4. Tout à fait l’ambiance londonienne. Le métro est peu stressant par rapport au notre. On a l’impression d’étouffer à certains endroits. Il paraît qu’il est devenu hors de prix (je n’y suis pas allé depuis 10 ans).

    J'aime

    1. Londres est hors de prix, pour tout. Par contre, je suis d’accord pour le métro, beaucoup moins stressant que celui de Paris, sauf une ou deux stations au Nord où l’on descend encore avec un vieil ascenseur qui grince 🙂

      J'aime

  5. J’aime te suivre dans cette ambiance que je n’ai connue qu’au travers de la radio, télé ou magazines. Notre jeunesse est là, non loin au fond de nous…

    J'aime

  6. C’est tout à fait ça! les couleurs flashies m’avaient surprise aussi, comparée à la verdure des alentours de la ville, l’ambiance, tout y est!
    Bien vu aussi, le nom du chien;))
    Un beau texte bien dans le rythme, j’aime beaucoup, merci Louv’

    J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s