l’arbre de Joshua

Joshua tree 2

Ces derniers jours, Marilou n’en  pouvait plus d’admirer la beauté extravagante du Grand Ouest. La mémoire interne de son ordinateur cérébral était saturée d’images et elle avait hâte d’arriver à San Francisco. Goûter le vent salé, retrouver la civilisation, voir des gens, marcher sur le bitume du Wharf.

Biquet ne comprenait pas cette lassitude soudaine. Lui restait insatiable. Pourtant, ils en avaient bouffé du canyon et du désert !  Grand Canyon sous la grêle (hé oui), Monument Valley (là où la terre et le ciel se sont aimés), magique Antelope, Zion, Bryce et ses hommes pétrifiés pour avoir offensé le coyote (selon la légende amérindienne), Horseshoe bend, Valley of fire, Death Valley, Powel lake…Une véritable indigestion de beauté à l’état pur…

Au fur et à mesure qu’ils remontaient vers la côte Nord-Ouest, Marilou trépignait d’impatience. Pourtant, traversant le désert de Mojave, elle tomba en admirative tendresse devant les arbres de Joshua. Petits et tordus, épineux, poussiéreux, ils lui ressemblaient un peu.

Lorsque mourut Moïse, Josué lui succéda. Il fit traverser le Jourdain à pied sec aux Hébreux, comme avec Moïse ils avaient traversé la Mer Morte. Il leur fit prendre Jericho : inspiré par son Dieu, il leur ordonna de massacrer toute la population, hommes, femmes, enfants, vieillards, et les animaux domestiques. Il n’y eut qu’une exception : une prostituée et sa famille, qui avait trahi les leurs en protégeant les espions hébreux. Au milieu du XIXme siècle, les Mormons, nourris de lectures bibliques, furent les premiers à voir des Joshua Trees : ils nommèrent ainsi l’arbre qui leur semblait les guider vers la Californie, la nouvelle Terre Promise.

(source Wikipédia)

Ce que cherchait Marilou était sa vérité promise …

 

10 réflexions au sujet de “l’arbre de Joshua”

  1. Définitivement urbaine je dirais moi, notre Marilou, bien sûr les espaces, l’altitude et les sources claires, les pieds dans la rocaille, le soleil qui perce les R-Ban. J’adore tout cela…
    Mais, commander un verre, allumer une clope, croiser les jambes, lever la tête et regardez la brise se répandre aux faîtes des platanes avant de renvoyer la fumée à l’oxygène, fermer les yeux… « Jonas, salut (bises) tu es là depuis longtemps ? – Je viens d’arriver, ça va ? – Ca va, Laurent, un allongé, merci ! ».
    A San Francisco, ailleurs… Bises. Jonas

    J'aime

    1. « Marilou, salut (bises) ! Comme d’hab ? Un petit rosé ? Tiens, finis la bouteille, je t’apporte les cacahuètes »….Ah le pied, dis !
      Mais…se trouver perdue dans un désert infini, seule au monde, avec le soleil assassin….wouaf !
      En fait, moi j’aime TOUT, boulimique je suis 🙂

      J'aime

  2. Merci pour cette suite du voyage de Marilou.
    Oui, c’est étrange parfois comme on a hâte d’arriver alors que des merveilles se présentent à nous en chemin…
    (très ressemblante la photo de toi ?) 🙂

    J'aime

    1. C’est étrange, oui. Peut-être que l’on a surtout hâte d’atteindre un but.
      La photo de moi ? euh…en moins large alors 😉
      Merci Mony, bizz

      J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s