Back to the roots – de Nashville à Memphis

« Où vas-tu, l’Amérique, dans ta voiture brillante dans la nuit ? » – Jack Kerouac –

Au cours de ce périple du retour aux sources, il était impossible d’éviter Nashville et Memphis. Pourtant je ne m’attarderai pas à vous les présenter. Les guides touristiques y pourvoient largement. Je pourrais vous conter la folie nocturne de leur « downtown ». Je pourrais vous parler de Broadway Street, de Beale Street, du Hall of Fame, du Sun Studio, de Graceland…Tous ces lieux cultes chers aux musiciens et amoureux de cette musique dite diabolique. Pourtant, ce que je retiens de ce voyage, c’est tout autre chose.

C’est sur la route que mon attention s’est focalisée. Ce sont ces kilomètres parcourus sans rencontrer âme qui vive. C’est Natchez Trace, interminable ancienne piste qu’empruntaient à pied les Amérindiens et les premiers colons. C’est ce grand pêcheur « black » qui nous raconte sa vie de soldat basé en Belgique pendant la guerre du Koweit. C’est ce troquet en pleine cambrousse qui nous sert de la bière tiède dans des bocaux à confiture. Sur le parking, un Pick-up affligé d’une banderole « Trump ». C’est Bentonia où nous cherchons désespérément le patron du « Blue Front Café »….

Ce sont ces pelouses immenses devant chaque maison, toutes tondues à longueurs égales, au brin d’herbe près. C’est un coyotte, un raton-laveur, des écureuils, des chiens de prairies qui traversent la route et nous émerveillent. Ce sont ces panneaux étranges « adopt a highway » qui nous intriguent. Ce sont ces gens qui nous accueillent toujours avec le sourire, ravis de rencontrer des Français. Ils ont tous un parent, un ami, qui a visité la France. Ils ignorent où se situe Paris mais rêvent d’y aller un jour. Souvent ils nous demandent si nous produisons nous-mêmes notre vin….pendant qu’ils nous offrent un Cabernet de Californie dans un gobelet en plastique ! J’aime cette Amérique-là.

Malgré la Country en Santiags, le rock tatoué et le blues sulfureux des bars ou clubs de Nashville et Memphis, je n’ai pas accédé à ma quête de l’âme de la musique. Non, elle se trouve ailleurs…Direction Clarksdale….au prochain numéro !

Mais en attendant, enjoy le « Memphis sound » avec Jason James, enregistré au Jerry Lee Lewis Café !

17 réflexions au sujet de « Back to the roots – de Nashville à Memphis »

    1. Je peux te dire qu’à part ce pick-up rangé dans un coin de campagne retiré, nous n’avons rencontré aucun signe pro-Trump, bien au contraire. L’Amérique fait toujours rêver et les américains n’ont pas changé.
      Merci Carole

      J'aime

  1. Il y a des routes qui se tracent d’elles-mêmes. La Natchez Trace est de peut-être de celles-là. Une de ces voies qui nous enseignent la paix et la verte nuance de l’espoir.
    Et puis, il y a Jason James… Merci Martine. Bises

    J'aime

  2. C’est l’Amérique, on part sur les traces de Kérouac et la route s’ouvre toute personnelle pour nous…. si on sait s’émerveiller d’un cabernet servi dans un gobelet ou d’un burger aux crevettes. Quinze jours riches qui nous permettrons de lire des textes tout imprégnés des musiques et des espaces qui se sont gravés dans ton coeur !

    J'aime

    1. L’Amérique au coeur. Un rêve réalisé il y a quelques années et qui s’est révélé bien au-delà de mes espérances. Merci Carmen 🙂

      J'aime

  3. Ton récit fait rêver Martine il me plait beaucoup avec sa spontanéité … Vive l’aventure en voyage et les rencontres comme les vôtres avec les gens du coin , c’est ça un vrai voyage …combien de temps êtes vous restés là bas ? je suis allée découvrir cette route « Natchez Trace  »
    je me souviens qu’en janvier ou février tu m’avais parlé mystérieusement de prochains billets de reporter 🙂
    A ton prochain texte  » On the road  »
    Bonne soirée , bise 😉

    J'aime

    1. Nous ne sommes restés que 2 semaines, c’est peu, il faudrait des mois… Mais il s’agissait d’une première approche de ce Sud. Je n’ai qu’une hâte : y retourner en zappant quelques étapes pour mieux savourer les autres. Bonne soirée Juliette, bees 🙂

      J'aime

  4. Cà sens la poussière chaude …tu es bien sur la bonne route, la musique que tu cherches n’est plus très loin. Bises Dan

    J'aime

    1. J’en ai écris des pages et des pages, pour finalement ne conserver que mon ressenti profond. C’est vrai, tu as raison, qu’importe le flacon….:)
      Merci Alma.

      J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s