magie Majorelle

Certains perdent le nord, moi j’ai perdu le bleu. Mais pas n’importe quel bleu. Il s’agit du bleu Majorelle.

Debout devant mon chevalet, je cherchais en vain ce bleu intense, très particulier, à nul autre pareil, magicien des nuits orientales.

Les bleus outremer, indigo, de Prusse, turquoise, délavés, se dressaient sur la pointe de leur petit tube, me faisaient des signes désespérés, espérant un regard. Ils m’amusaient beaucoup, mais je déclinai leur offre.

J’essayai bien de composer un mélange savant, ajoutant une pointe de « purple », un soupçon de bleu à l’âme…Rien n’y faisait. Mes bleus, devenus fades, n’avaient plus aucune saveur. La magie s’était évaporée comme un génie des mille et une nuits.

C’est alors qu’une musique lointaine s’éleva dans l’air, me transportant par-delà l’Atlas, jusqu’à ce jardin intemporel témoin des amours d’Yves St Laurent et de Pierre Bergé.

Et le génie des mille et une nuits réapparut, me rendit mon bleu Majorelle et ajouta, pour le plaisir des yeux, les ocres, les rouges et le blanc de ce pays que j’aime.

Je délaissai mon chevalet m’envolai une fois encore, en prenant garde de ne pas tomber.

5 réflexions au sujet de “magie Majorelle”

  1. Il y a tant de nuance de bleu que chacun peut y trouver la sienne. J’ai trouve mon « bleu » depuis longtemps. c’est elle qui s’ouvre sur des espaces infini, vers mon Monde dit irréel par les humains et qui est pourtant bien réel.

    J’aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s