virtuellement votre

Couple-avec-iPhone-par-Banksy-1

« couple avec i-phone » – Banksy

Descendre l’escalier le regard dans le flou, l’esprit embrumé. Au radar, traverser le salon, prier Alexa de me donner les infos du jour, appuyer sur le bouton de la cafetière. Rituel immuable.

Derrière les volets, le soleil ne promet rien, il joue avec la pluie. Ce serait bien d’aller me balader en octobre.

Et si je n’allumais pas l’ordinateur ? Et si je coupais mon smartphone ?

Oui, mais s’il y avait des messages importants ? Je pourrais juste vérifier, par acquis de conscience…

Comme un cheveu dans mon café, le premier texto de la journée vient de tomber. Attendre un peu avant de répondre, ou bien ne pas répondre du tout. Histoire de prouver que je ne suis ni pressée ni dépendante.

Ô comble du délice, prendre le temps et se foutre complètement du reste.

Débrancher Alexa, éteindre le smartphone et l’abandonner dans un coin. Enfiler des vieux vêtements, des bottes, et partir à la recherche d’un arc-en-ciel.

Au passage, saluer mon connard de voisin tueur d’arbres. Nous nous détestons mais nous sommes polis.

Suivre une famille nombreuse en route vers l’école. Le plus petit a perdu son doudou sur le trottoir, le ramasser et lui rendre contre un merci sincère de sa maman.

Deux ados non genrés dévorent leurs écrans tout en traversant le boulevard. Crissement de freins sur le bitume humide, un hurluberlu sort de sa voiture et vocifère des mots incompréhensibles.

Vous êtes formidable !

Tiens, j’aperçois une ébauche d’arc-en-ciel, là-bas, derrière le beffroi.

Comme on s’interdit de casino, on devrait parfois s’interdire de virtuel.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer