complainte d’une littéraire de supermarché

alice2

Si j’aurai su j’aurai pas venu !

Se lancé dans l’arène des polémiks sur les résos socios représante parfoi un danger insoupssonnable. Balottée comme une balle de ping-pong entre les pour et les contre, essaillant d’argumanté mes propeaux, j’ai vite compris que décidémant, Cervantes avait tort. On ne se bat pas contre les moulains à vant ;  hier encore, un ami très chaire me le fesait remarqué. Points de suspension.

Ce monde n’est pas fait pour tout le monde, je l’avais oublié.

Sur la pointe des pieds, me suis éclipsée,  me suis réfugiée au creux de mes parenthèses, pour y contempler mes rêves avec accent circonflexe.

 

 

les rêves meurent aussi

Blackstar_album_cover

Des millions de gens meurent chaque jour. Des enfants sont égorgés, des femmes lapidées, des hommes décapités. L’horreur est quotidienne. Nous nous indignons, nous manifestons. Nos coeurs serrés n’en peuvent plus. Nous étouffons, nous saturons. Et voilà qu’à l’annonce brutale du décès d’une icône, les larmes coulent enfin…

On peut critiquer, se moquer et certains ne s’en privent pas. Que ceux-là passent leur chemin ; l’émotion n’est pas l’apanage des bien-pensants.

Un jour quelqu’un m’a dit « ne détruis pas mon rêve« .

Mais il arrive que les rêves meurent.

*******

Millions of people die every day. Children are knifed, women are stoned to death, men are beheaded. The horror is daily. We get indignant and we show it. Our tight hearts cannot bear any more. We suffocate, we saturate. And one day, to the rough announcement of the death of an icon, tears flow finally …

We can criticize, laugh and some do not go without it. Those ones can cross their path ; because emotion is not the privilege of the right-thinking.

One day somebody told me  » do not destroy my dream « .

But it happens that the dreams die.

je suis singe

D’après l’astrologie chinoise, voici ce que nous réserverait 2016 :

« On peut s’attendre à tout et surtout à l’inattendu… Prenez des risques, tout s’arrangera… Le singe sait s’arrêter à temps… Ne soyez ni sage, ni réfléchi, c’est inutile. Votre raison ne vous sortira pas d’affaire…

Ces années réservent toujours quelques facéties… Tout peut arriver, le meilleur comme le pire… Idées nouvelles mais aussi révolutions, émeutes… C’est la pagaille, l’anarchie et le singe s’amuse. »

Considérant le fait que les phares-baobab ne sont que le fruit de mon délire et que les renards, aussi philosophes soient-ils, ne parleront jamais.

Je te le dis à toi, Tonio : c’est foutu !

Il ne nous reste plus qu’à être singe !

Au diable la planète, que la relève se soulève enfin ! Que le Chaos engloutisse les barbares, les amis de pacotille, les amours imposteurs et les cons !

Buvons et dansons sur la tombe de l’année qui s’achève ! Ne soyons ni sages ni réfléchis ! Et que les fous se rassurent, ils auront leur place à notre table.

A ta santé Petit Prince

et bonne année à vous qui passez…