l’oeil du coyote

coyote

Sous les corbeaux qui tournoient,  famélique et lourde de cette sève nourricière qui  ne leur suffit plus, elle surgit de nulle part.

Le désert se fond en son pelage sable et le vent nous hérisse le poil.

Nous nous dévisageons, femelles absolument.

Que cherche-t-elle ?

Dans l’oeil du coyote, j’ai vu tout l’amour du monde.

Et la détresse profonde qui en résulte…