H comme …

le tombeau des lucioles

Hiroshima Day

I believe there must be bones

Under the paved street

Shigemoto Yasuhiko – 1945

L’enfant dans le parc

Le parc sous la cendre

Plus un rire plus un souffle.

Yann Blanchart – 2015

H comme Hiroshima, H comme horreur, H comme haïku

Autre temps, autre génération, même émotion.

sans titre

estampe chat

muette est la nuit

mes pensées se cognent au mur

de la maison vide

M.D.

En refermant le livre de Sôseki, je me sens humble.

Il ne reste plus qu’à descendre pieds nus et fouler l’herbe fraîche. Humer le parfum délicat d’une jonquille et fermer les yeux. Aux aguets, écouter le chant du merle. Contempler l’aube naissante sur la plaine.

Ne plus compter les heures, ne plus chercher les mots, ces incapables.

Il faut naître chat pour exprimer l’inexprimable.

Et savoir poser une patte velours là où ça fait mal.