message express

1174533_707149915968152_341773598_n

Surtout ne viens pas ; je t’en prie, reste où tu es.

Il est si beau ton univers peuplé de rêves bleus !

Ne le quitte pas.

Ici, la couleur des rêves se délave à la machine du temps. Les arcs-en-ciel sont illusoires, la pluie ne fait pas de claquettes. Les criquets ne jouent pas du violon, les troubadours sont des fantômes.

Ici, les avions, les bateaux, ne mènent nulle part. Le désert c’est la foule. Les paysages sont de carton. La route est une impasse. Les chemins de traverse parsemés d’obstacles.

Ici, les preux chevaliers n’existent pas ; leurs destriers sont d’acier mais leur coeur aussi. Aucun ne te protégera ni ne s’inquiètera de ta petite personne. Car en vérité, ici, c’est chacun pour soi.

Ici, il te faudra lutter sans cesse contre le spectre de la désespérance. Te dissimuler sous un masque, sourire quand tu voudras pleurer. Apprendre les mots menteurs.

Ne viens pas, petite, reste où tu es.

Arrête le temps, je t’en prie, ne grandis pas !

message à la nuit

arriere-plan-clavier-et-mains

« Comment vas-tu ? ». Trois mots dans la nuit, qui crèvent l’écran.

Les mains sur le clavier qui s’apprêtent à répondre « bien, merci« , et qui soudain, sans raison apparente, sans qu’on puisse les retenir, entrent en révolte.

Les lettres s’entrechoquent, s’entrecroisent, composent des mots politiquement incorrects. Des mots presque indécents, qui soudain n’en pouvant plus d’être prisonniers, éclaboussent la toile, se livrent, nus : « mal, j’peux pas dormir, j’fais qu’des conneries ».

Du tiroir aux secrets dégorgent les non-dits. Un ruisseau coule entre les doigts, gonfle et se transforme en un fleuve qui emporte avec lui le poids du silence…

Le curseur s’arrête un instant, reprend souffle. Puis, d’un coup sec, l’index appuie sur « envoyer« . Trop tard pour avoir des regrets.

A l’autre bout de la nuit, l’écho répond. Echange de maux… »moi non plus je ne dors pas, d’ailleurs je ne dors plus… »

Et la planète continue de tourner. Les gens vivent, les gens s’aiment, les gens meurent. Pendant que tambourinent les mots aux portes de la nuit.