colours through the trees

bateau jardin

Le premier matin du premier jour, l’aube avait peint l’horizon de bleu lavande.  Un chat gris se prélassait sur les tuiles du cabanon. Encore mouillé de la nuit, le jardin sentait bon les embruns. A cette heure, le vent n’était pas levé.

Le regard myope encore indécis, je m’interrogeai sur cette masse longitudinale que j’apercevais au loin, au-dessus des arbres. La forme glissait dans le ciel, lentement et sans bruit, comme suspendue sur un rail invisible.

En observant attentivement, je vis une multitude de loupiotes scintiller telles des étoiles pâlissantes, puis se faufiler au-travers des branches du prunus. Le merle qui chantait ne semblait nullement en être dérangé.

Etait-ce un OVNI ? Allais-je vivre une rencontre du 3ème type ? Etait-ce le traineau du Père Noël, égaré loin de sa Laponie ? Non, la date était passée.

Fortement intriguée, je chaussai mes lunettes. Quelle ne fut pas ma stupéfaction de constater que cette étrange apparition n’était autre qu’un ferry sur la mer, au dernier plan de mon décor, par-delà la plaine…

Depuis ce premier matin du premier jour, j’aime à conter que dans mon jardin, passent les bateaux…

Just for fun, and for Jimmy.