un papillon sur le nez

papillon

Les martinets volent haut ce soir. Sur la lande, une famille de lapins s’ébroue. A la lueur complice du soleil déclinant, le lilas et le cerisier ont restreint leur espace de timidité ; ils se content leur amour végétal.

A cette heure-ci, les chats de Rome se prélassent sur la pierre chaude de la tombe de Keats et Shelley. A cette heure-ci, quelqu’un guette le rayon vert, quelque part devant la mer.

A cette heure-ci, les charognards tournent au-dessus des corps de femmes mutilés, exposés nus. Les déserts de cailloux rougis de chairs déchiquetées, hurlent. Satisfaite et repue, la vermine s’est retirée.

A vivre avec un papillon posé sur le nez, le monde est flou. A fuir dans les rêves, les déserts ne sont qu’océans de dunes blondes que caresse le vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les rêves meurent aussi

Blackstar_album_cover

Des millions de gens meurent chaque jour. Des enfants sont égorgés, des femmes lapidées, des hommes décapités. L’horreur est quotidienne. Nous nous indignons, nous manifestons. Nos coeurs serrés n’en peuvent plus. Nous étouffons, nous saturons. Et voilà qu’à l’annonce brutale du décès d’une icône, les larmes coulent enfin…

On peut critiquer, se moquer et certains ne s’en privent pas. Que ceux-là passent leur chemin ; l’émotion n’est pas l’apanage des bien-pensants.

Un jour quelqu’un m’a dit « ne détruis pas mon rêve« .

Mais il arrive que les rêves meurent.

*******

Millions of people die every day. Children are knifed, women are stoned to death, men are beheaded. The horror is daily. We get indignant and we show it. Our tight hearts cannot bear any more. We suffocate, we saturate. And one day, to the rough announcement of the death of an icon, tears flow finally …

We can criticize, laugh and some do not go without it. Those ones can cross their path ; because emotion is not the privilege of the right-thinking.

One day somebody told me  » do not destroy my dream « .

But it happens that the dreams die.