Un si bel avril

J’ai foulé pieds nus tes champs de jonquilles,

j’ai ri aux éclats de ta neige printanière,

j’ai pardonné ton vent du nord,

me suis enivrée de tes parfums d’évasion,

ai cru en ta promesse,

te voulais éternel.

Avril, qu’as-tu fait ?

Décor de cinéma sans acteurs.

Soleil insolent,

tentation.

La peur me paralyse.

Avril, qu’as-tu fait de nous, pauvres larves ?

Avril, avril, je t’aimais tant.

« Living in a ghost town » chantent les cailloux qui roulent…ville fantôme, si loin de la Californie.