belle….

Le hasard fit que je me trouvai assise face à elle, en terrasse de ce café du port. C’était encore l’été en ce mois d’octobre déjanté. Elle portait une robe en coton noir dont le décolleté baillait un peu trop sur l’éclat satiné d’un morceau de peau.

Je ne sais la raison pour laquelle je ne pus détacher mon regard. Peut-être à cause de la lenteur de ses gestes, peut-être à cause de sa triste rêverie. Ou simplement parce-qu’elle commanda un verre de vin rosé.

Elle ne me voyait pas, d’ailleurs elle ne voyait personne. J’aurais voulu m’assoir à sa table, la toucher du bout des doigts, la dessiner. J’imaginai mon trait de crayon ourlant précisément la courbe de ses lèvres, la ligne pure de son nez aquilin, l’arc de ses paupières à demi-closes. Puis de mon fusain, noircir fiévreusement le désordre de sa longue chevelure.

Un rayon de soleil bas la fit se protéger le visage d’une main. Je sentis son agacement soudain et tremblai déjà qu’elle s’en aille. C’est alors que j’eus l’audace de lui sourire et à cet instant, son téléphone bipa. Elle s’empressa de lire le message.

Elle reposa l’appareil et scruta intensément la bâche bleue qui abritait la terrasse du café. Les nouvelles n’étaient pas bonnes, assurément.

Etait-ce un homme qui lui faisait mouiller les yeux ? Ou était-ce une femme ?

16 réflexions au sujet de “belle….”

  1. Une certaine sensualité se dégage de ce regard. Nous croisons parfois certaines personnes et un trouble s’installe. Pourquoi ? Nous sommes-nous rencontrés dans une autre vie ? Aurions-nous pu faire notre vie avec elles ? Les questions restent en suspens..
    J’aime beaucoup cet univers ainsi que la chanson.

    J'aime

    1. Nous sommes-nous rencontrés dans une autre vie, ou bien est-ce notre reflet miroir qui nous trouble tant ? La question est posée…Moi aussi j’aime beaucoup la chanson.

      J'aime

  2. Je me suis levé, ce matin, l’esprit chagrin.

    Ici, en Auvergne, le froid nous est tombé dessus : 8° dans la salle de bains, 14° dans le salon, zut, le poêle s’est éteint. Pire : – 2° dehors ! La campagne est recouverte de milliers de cristaux scintillant sous un soleil resplendissant. Magnifique ! Et pourtant, j’ai toujours l’esprit chagrin.

    Douche, poêle allumé, visite aux poules (leur bac d’eau est gelé), aller et retour à la boulangerie… mais, toujours cet esprit chagrin.

    Alors, comme beaucoup qui s’ennuient seuls chez eux, j’ai ouvert l’ordinateur…

    Merci Louv’. Texte d’une délicatesse sublime qui a chassé l’esprit chagrin.

    J'aime

    1. Le trouble naît parfois d’un charme indéfinissable qui vous claque à la figure, sans distinction de sexe. De là à laisser s’envoler les idées les plus folles….

      J'aime

votre trace ici...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s